Jannes Callens - Vocatio
20
24

Jannes
Callens

“Over 5 jaar zie ik mezelf in een propvolle cinemazaal staan waar ik mijn film voorstel en mensen die ongelooflijk veel vragen stellen en nadenken over hetgeen dat ze gezien hebben.” 

Sensibiliser au et représenter le changement climatique par le biais du sublime et de l’antropocène dans le cinéma
résidence
Bruxelles
Année de naissance
1994

Qu’est-ce que le « sublime » ? D’après ChatGPT, c’est « le sentiment d'une grandeur ou d'une beauté qui inspire la crainte. Il implique l'expérience de quelque chose qui dépasse notre compréhension. Il évoque la révérence, l'émerveillement, parfois même la peur, et nous fait réaliser à quel point nous sommes petits dans l'univers. ». C'est bien ce que Jannes Callens veut montrer aux spectateurs pour les convaincre de l'urgence de la lutte contre le changement climatique. Voici trois jalons sur le chemin de son « illumination » ! 

Mélancolie existentielle  

« J'étais en cinquième année secondaire, option économie, et j'étais totalement fatigué de l'école. Je n'avais pas du tout envie de m'engager dans cette matière. Je me débattais avec la question de comment, en tant qu'être humain, nous pouvions être en relation avec notre environnement naturel. Quel était le sens de la vie ? J'ai réussi à obtenir mon diplôme et c'est au cours de sciences de l'art à l'université de Gand que les pièces du puzzle ont commencé à s'assembler. Là, j'étais entouré de gens qui essayaient de représenter le monde et de s'y référer par des moyens visuels. La conséquence logique a été que j'ai commencé à étudier à l'école de cinéma pour faire des images moi-même. »   

Littérature et âmes soeurs  

« L'essai de Barnett Newman The Sublime Is Now a été un premier tournant dans ma vie. Newman, l'une des figures de proue de l'expressionnisme abstrait, soulignait l'importance pour les artistes contemporains de rechercher le sens du sublime, plutôt que de s'en tenir à des idéaux esthétiques traditionnels. Le deuxième tournant a été le livre The Uninhabitable Earth de David Wallace-Wells. Je l'ai lu grâce à une interview de Benjamin Verdonck. Il a changé ma vie (troisième tournant). Le livre détaillait toutes les preuves du changement climatique en des termes aussi clairs que de l'eau de roche. Cela a provoqué un déclic chez moi. Dans le livre de Timothy Morton Hyperobjects ; Philosophy and Ecology After the End of the World, j'ai découvert des objets qui sont si massivement distribués dans le temps et l'espace qu'ils transcendent la spécificité spatiotemporelle. J'ai alors compris : c'est ça, le sublime ! »   

Frustration 

« Mon projet est né de la frustration de ne pouvoir imaginer grand-chose, voire rien du tout, sur le changement climatique. Il s'agit de processus très dormants qui ne sont pas toujours visibles ou tangibles. Grâce à mes recherches, j'ai raisonnablement découvert qu'avec des moyens purement cinématographiques, le toucher de la pellicule, en jouant avec la lumière, la profondeur et le montage, il est possible de créer des images pour cela. Le cinéma est pour moi le moyen idéal pour représenter la transformation de la nature. On peut littéralement créer une fenêtre sur le monde (représentation), ainsi que présenter d’une manière différente ce qui est représenté. En même temps, il est frustrant que je doive toujours faire face à la critique selon laquelle c'est de la poudre aux yeux. Car c'est précisément mon objectif : faire en sorte que, par le biais du film, le vague devienne concret. Les gens s'empressent alors de dire qu'il y a d'autres problèmes concrets... Comme joindre les deux bouts.  

Autre frustration : je ne comprends pas l'indifférence. Comment ne pas se sentir concerné par le changement climatique ? Si l'on annonce demain qu'une météorite se dirige vers la Terre, les gens feront tout pour éviter qu'elle ne s'écrase. Au fond, il se passe la même chose avec le changement climatique aujourd'hui : il fonce vers la Terre, mais il est moins tangible. Nous l'ignorons donc. C'est cynique. Heureusement, je sens aussi que les choses bougent. Dans ma région, de plus en plus de gens deviennent végétariens, et de moins en moins de gens prennent la voiture. »   

Ontdek andere laureaten