Linguistique en Iran

Ma passion pour les cultures anciennes s’est développée grâce aux nombreux voyages effectués chaque année, durant ma jeunesse, avec mes parents, dans le bassin méditerranéen.

Au cours de mes études universitaires en Histoire, mon intérêt a glissé progressivement des cultures classiques vers la civilisation Mésopotamienne pour aboutir finalement à la l’histoire ancienne de l’Iran. Aujourd’hui, c’est en tant qu’Elamologue que j’étudie la langue ancienne et la culture du royaume d’Elam qui, durant l’Antiquité, se situait le long du Golfe Persique, correspondant actuellement aux provinces du Khuzestan et du Fars en Iran. Ce royaume prit forme au cours du 4e millénaire avant J.-C. et déclina lors de l’expansion territoriale des Perses (environ 521 avant J.-C.).

La langue élamite en caractères cunéiformes n’a pas encore été totalement déchiffrée à ce jour. Ma thèse de doctorat se concentre principalement sur le déclin politique du royaume d’Elam et l’évolution tardive de la langue et de l’écriture élamites (1e millénaire avant J.-C.). Etant donné que la plupart des Elamologues et archéologues iraniens rédigent leurs publications scientifiques en farsi, une partie de leurs résultats m’est inaccessible. Pour pouvoir lire, étudier et intégrer à ma thèse les recherches récentes et rapports de collègues iraniens, j’aimerais apprendre le persan moderne, à savoir le farsi.

Grâce à la bourse VOCATIO, je vais pouvoir suivre 6 cursus intensifs de persan moderne à l’institut des langues de l’Université de Téhéran. Le fait de bien maîtriser le farsi après cette série de cours, me donnera l’opportunité de développer ma recherche personnelle sur Elam à un niveau nettement supérieur. Mon séjour à Téhéran me permettra également de m’imprégner de la culture iranienne et de visiter l’héritage culturel lié à ma recherche scientifique comme Suse, Persépolis, Malamir, Behistun.

Bourse offerte par LE BARON ET LA BARONNE PHILIPPSON.

Lauréats cette année-là